Menu

Vous trouverez sur ce blog des informations et des commentaires sur l'actualité dinardaise.

vendredi 16 novembre 2018

Abattus pour rien !

Il était inutile de massacrer les 88 premiers tilleuls (sur 146) en pleine santé. Leurs racines ne gênaient pas les travaux d'assainissement du boulevard Féart à Dinard.


La preuve par les photos

L'entreprise qui réalise l'assainissement du boulevard Féart a prolongé ses travaux, sur environ 50 mètres, au-delà de la rue Dumont, limite décidée pour la première tranche. Les tilleuls sur cette partie du boulevard (les 50 m) n'ont pas encore été abattus ; la large tranchée réalisée montre la canalisation de l'assainissement déjà posée.


Aucune racine des malheureux tilleuls, bientôt sacrifiés, n'apparaît sur la paroi de la tranchée.

   

 Une personne nous affirmait     


"Les racines des tilleuls c'est grand comme une cour d'école". Nous pensons qu'il ne s'agissait pas de «grandes écoles».

Oui-oui, à la recherche des racines, est-il tombé dans les tranchées ?

La document ci-dessus nous montre ses lunettes, son appareil photo, son vélo et son échelle.


 

 La rénovation du boulevard Féart n'était pas une idée de la majorité actuelle, ce n'est que la volonté de réaliser le projet de l'ancienne ancienne maire. 

Ils voulaient Sauver Dinard ; ils n'ont pas sauvé les arbres

Quelques exemples en 1 an et demi de mandat municipal


Déjà en 1970

Georges Pompidou écrit à son Premier Ministre (le 17 Juillet 1970)

Lettre citée par Alain Baraton* Actes Sud: " La Haine de l'Arbre n'est pas une fatalité"

* Né le 10 septembre 1957 à La Celle-Saint-Cloud, Alain Baraton a choisi de devenir jardinier en hommage à son grand-père. Il entre comme aide-jardinier au Parc de Versailles en 1976. Quelques années plus tard, en 1982, il devient le jardinier en chef du Domaine national de Trianon et du Grand parc de Versailles.

Toute ressemblance avec des faits réels ne serait que pure et fortuite coïncidence

Comme le souligne une personne amie de la nature :

"Je connais une Commune où l'on aime tellement les arbres qu'on en fait des copeaux, on aime tellement les champs qu'on veut les bétonner".

haut de page