Menu

Vous trouverez sur ce blog des informations et des commentaires sur l'actualité dinardaise.

mardi 18 juin 2019

Les Dinardais désenchantés nous écrivent :

 

<< Quand j'entends le mot "culture" je sors mon

orthographe (*) >>

(*)   Parodie de la citation de Jean YANNE : Quand j'entends le mot culture, je sors mon transistor.

 

Les Dinardais désenchantés sont de renouveau enchantés et ceci grâce à qui ?

Grâce à OUI-OUI, cumulant les fonctions de directeur et reporter sans frontières de la célèbre Gazette diffusée dans le monde entier depuis le barrage de la Rance jusqu'à La Fourberie..., grand prix Albert Londres de l'évènementiel local dinardais et poursuivi par plus de followers (1)  (followers peut être traduit par suiveurs ou disciples) que n'en contient la population de la ville (que sera-ce quand les 600 "eiffagistes" auront investi la "gare" ?

Si, si, grâce à OUI-OUI qui a labouré la mer sens deçu dessous jusqu'aux plus profondes abysses pour faire remonté le bateau à moteur dans lequel le frère de Richard, le bien-aimé Charles (héros du Hollandais Volant - der Fliegender Holländer dans la version originale) avait péri avec son ami Louis II de Bavière qui avait commencé par assommer son psykiâtre avant de plonger dans le lac de Starnberg (d'où le jumelage avec Dinard pour lui rendre hommage) et sanfuir pour aller épouser sa cousine Sissi. Whaouuuuu, quelle famille !

Ci-dessous, la preuve par l'image.





Mais c'était sans compter sur le tunnel qui reliait le lac à la mer (la Manche) comme dans le livre VINGT MILLE LIEUX SOUS LES MERS de notre Jules VERNE à la fontaine et qui a permis à Richard de venir voir la belle Judith comme cela nous a été conté l'année dernière lors de la présantation dinde et concert du Festival International de Musique bavaroise.


Puces dinardaises

Tout occupé à cette activité de repaichage, notre OUI-OUI épuisé par tout ce que lui font voir ses lunettes de triple vues, en a oublié de publier les superbes photos d'objets exposés dans les nouveaux quartiers appelés Puces Dinardaises (plus besoin de se déplacer aux Puces de Saint-Ouen).


Plus besoin non plus d'aller dans un magasin, vous trouverez tout l'ameublement du dernier chic pour vous faire un salon confortable où vos amis pourront venir se reposer en écoutant la "petite suite en bateau... ivre" du fantôme de notre cher Rimbaud après s'être abreuvé à un petit coup



 

 >> https://www.youtube.com/watch?v=oqNSn4CV00c




"Or moi, bateau perdu sous les cheveux des anses,
Jeté par l’ouragan dans l’éther sans oiseau,
Moi dont les Monitors et les voiliers des Hanses
N’auraient pas repêché la carcasse ivre d’eau ;"

Extrès dudit Bateau en goguette


(1) Followers 


haut de page