Menu

vendredi 3 avril 2015

Rapport de la Chambre Régionale des Comptes de Bretagne

Différents points du rapport seront analysés et commentés...

La médiathèque


Les élus de la ville de Dinard seraient incompétents selon la chef de file de la minorité du conseil municipal et expression reprise par certains aboyeurs* sur les réseaux sociaux. Celle-ci déclare, par ailleurs, au conseil municipal du 30 mars dernier : « les comptes, je connais, j’étais commerçante ». Son bras droit déclarait quant à lui, il y a quelques semaines : « des finances, je suis pas un spécialiste, mais je prends des cours ». Face à ces experts de la calculette, la municipalité actuelle dispose d’élus très compétents : un professionnel des comptes publics (plus de 40 ans d’activité dans ce domaine) et un contrôleur financier international en activité. Il n’est pas besoin de sortir de Polytechnique pour admettre la supériorité de l’équipe actuelle en la matière.


La minorité trouve que le rapport de la Chambre Régionale des Comptes de Bretagne est plutôt flatteur (voir Ouest-France du 1er avril). Ce n’est pas un poisson d’avril.


* 1. furax 31 mars 2015 à 13 h 09 min

En politique, ce qui est cru devient plus important que ce qui est vrai. La municipalité de Dinard, c’est l’oligarchie des incapables, de certains adjoints, peut-être motivés mais n’ayant ni l’envergure ni les compétences faisant honneur à leur poste.

2. lyne 31 mars 2015 à 7 h 37 min

La critique est intéressante quand elle est objective et constructive Avant de condamner l’equipe municipale précédente sur sa gestion madame le maire aurait dû attendre ce rapport de la chambre régionale des comptes Madame Mallet a toujours été une excellente gestionnaire durant son mandat La preuve!!!! On pouvait peut être lui faire des reproches mais certainement pas dans ce domaine de compétences

Le rapport est-il aussi flatteur qu'annoncé dans la presse ?


Prenons l'exemple de la Médiathèque

Vous décidez un jour de construire une Médiathèque.

Voici 7 conseils à ne pas suivre :

1- Bâtir un projet sans aucune analyse des besoins.

2- Oublier toute étude de faisabilité économique, technique, organisationnelle.

3- En conséquence ne pas corréler le montant de l’investissement avec les besoins.

4- Une fois le budget arrêté, ne pas prévoir le moindre plan de financement

5- Oublier de prévoir le budget de fonctionnement

6- Quand un marché fait l’objet d’un avenant majorant le coût de 50% rester muet et ne pas saisir la commission d’Appel d’Offre.

7- Oublier de mettre en jeu la responsabilité du Maître d’œuvre et payer les surcoûts qui lui sont imputables…


Voilà ce qu’il ne faut pas faire ; mais si hélas le mal est fait, alors, demeurer satisfait et proclamer partout que c’est de la bonne gestion.

Toute ressemblance avec une Commune Balnéaire de l’Ouest de la France serait parfaitement fortuite. 


Les 7 recommandations ci-dessus sont développées dans le rapport de la Chambre Régionale des Comptes de Bretagne de 2009 et suivants.

Dans les colonnes elles sont détaillées pages 3/47, 23/47, 24/47).

Quelques chiffres et observations...



A bientôt pour une autre analyse...


haut de page