Menu

dimanche 27 novembre 2016

Démission en bloc de la minorité ...

... quelle drôle d'idée, à moins que ...?


Après le savon, l'éponge ..., ils veulent faire le ménage !!!

1 - Savonnage de planche

Aux dernières élections municipales, en 2014, l’équipe de l'élue sortante qui se croyait installée dans la place, a été écartée par plus de 55% des électeurs.

Depuis le premier soir, refusant le verdict démocratique, elle n’a eu de cesse, par tous les moyens, de chercher à entraver le fonctionnement de la Mairie.

Après avoir tenté de démolir l’équipe élue, en la harcelant quasi quotidiennement, elle constate finalement son échec.

2 - Jet de l'éponge

Faute d’avoir pu décourager et obtenir la démission de tous les élus de la majorité (certains conseillers de la majorité reçoivent des appels téléphoniques leur demandant de démissionner et les réseaux sociaux font de même), elle quitte le navire et donne sa démission, entraînant dans son sillage ses 6 autres conseillers.

Sans demander à ses 16 colistiers restants, elle les "démissionnent" également.

La ficelle est grosse

Élue par un tour de passe passe, (en janvier 2010, son mari, alors maire, lui confie la direction de la mairie, lors des vœux aux Dinardais), elle tente aujourd'hui la réélection du Conseil Municipal.

Les Dinardais sont bien conscients de ces manœuvres.

3 - Pendant ce temps la majorité travaille pour le bien de la ville

La majorité en place, élue démocratiquement, sans ambiguïté, a mis de l’ordre dans les finances en les assainissant ; les services sont en cours de réorganisation, les travaux d'assainissement et de sécurisation sont achevés ou sont en cours de réalisation. Tous les quartiers sont fleuris.

Les gros chantiers débutent dans quelques semaines. 

Suite aux dégradations constatées (palais des arts, émissaire de la plage de Saint-Énogat, ovoïde de la plage de l'Écluse, piscine d'eau de mer et découvertes, ouvrage du Bec de la Vallée, dragage du port, réhabilitation des villas et manoir du patrimoine dinardais, ...), liées à l'usure du temps et au manque d'entretien déjà relaté à maintes reprises, il a bien fallu faire établir des diagnostics, réaliser des études et des plans de remise en état -  conformes à la législation plus contraignante pour les villes côtières -  lancer des appels d'offre, rechercher des aides financières, phaser les différents travaux ... 

Ces préparations établies correctement dans le respect de tous les aspects juridiques, environnementaux et techniques, demandent du temps.



haut de page