Menu

mardi 31 octobre 2017


    Cliquer ici


Salon du Chocolat : Yann Olivet et Jérôme Poussin, nos chocolatiers dinardais, ont choisi de présenter aux membres du Jury quatre chocolats exceptionnels : Greystones, Bambino, Les Korrigans, Sous le Vent.

Après avoir été distingués par une tablette d'argent ces deux dernières années, ils reçoivent en 2017, la tablette d'or, assortie du coup de coeur, ainsi que l'Award du Chocolat 100 % Plaisir. Cet Award a été remis le 28 octobre 2017, lors du Salon du Chocolat.

Oui-Oui est officiellement correspondant du Pays Malouin, il est chargé du Commerce, notamment. Cette récompense (nous parlons de la Chocolaterie Balthazar et non pas de la nomination de Oui-Oui) méritait bien un article dans le Pays Malouin.    OUI-OUI boude le chocolat !!!

Dinard : marche arrière toute !!!

Les méthodes d'hier remises au goût du jour ...

... Gravillons et Pistes cyclables

Une initiative qui ne semble pas plaire à tous les Dinardais, ils sont nombreux à le faire savoir.

Ce Dinardais circule toute la journée dans la ville (profession oblige), il a vu des personnes, boulevard Féart, se mettre des mouchoirs devant la bouche. Sans compter les retombées sur les voitures. Il a appelé la mairie ..., une personne lui a fait remarquer que l’équipe municipale en place n’était pas aux manettes depuis longtemps. (Sous entendant sans doute qu'il fallait être compréhensif). Plus de 20 ans pour certains ... No comment.

Le "collectif de Dinardais" qui s'était exprimé dans un billet intitulé "Le vrai sens des mots". nous fait parvenir les réflexions suivantes :

Le retour du Dinard du temps jadis

Nous venons de lire attentivement, comme toujours, le dernier article de dinard.xyz et nous partageons complètement les informations et remarques qui y sont fournies.

Gravillons

Sauf que, dans notre incommensurable naïveté, nous pensions que les gravillons avaient été mis volontairement, après une longue réflexion des têtes pensantes et dirigeantes de la municipalité revenue à “sa place” pour faire une musique d’ambiance car DINARD est devenue tellement apaisée qu’on n’y entend plus rien à part le crissement des pneus.

OUI-OUI a perdu l’ouïe tant l’admiration, l’approbation et l’exaltation devant ce qui est supérieurement beau et grand ont anesthésié son sens critique,  pourtant fort aiguisé pendant 3 ans.
Car c’est en permanence un festival de gravillons projetés en tous sens, avec un supplément aux feux rouges pour les voitures freinant ou démarrant en trombe quand ce n’est pas un dérapage incontrôlé ou incontrôlable, une poussière d’enfer en prime. Étant donné le nombre de ces “pépites” jonchant les trottoirs, il y a fort à parier qu’un jour, un enfant dans une poussette, presqu'au ras du sol, en reçoive une dans l'œil, espérons que non, comme c’est arrivé à l’un d’entre nous, adulte. Bof !
Il faut bien économiser pour compenser les frais de dépollution du terrain de la gare !

Pistes cyclables

Concernant le boulevard du Villou, puis Gouyon-Matignon, nous avons vu l’autre jour deux camions se croiser en se frôlant et quand il y aura en plus des cyclistes, forcément l’un des trois ira valdinguer dans les herbes folles qui sont heureusement toujours dans les caniveaux et ailleurs. Surtout, ne pas les enlever, elles serviront d’amortisseurs : à chaque chose, malheur est bon comme on dit dans le petit peuple tout content de retrouver un maire soucieux du bonheur de ses élus et inconscient de ses malencontreuses décisions (la liste est déjà longue depuis le mois d’avril…).


Si leur charge écrasante de travail leur en laisse le temps, les élus pourraient aller faire une petite virée dans la commune du voisin d’à côté à environ 3 km pour admirer la réfection des rues et des trottoirs et s’en inspirer. Là au moins, on a envie de se promener sans se retourner les pieds dans tous les sens.

Souvenez-vous : "SAUVONS DINARD" comme disaient certains il y a quelques mois…

AU SECOURS, ILS SONT REVENUS alors refaisons un collectif et chantons en chœur : "C’était pas la peine, c’était pas la peine, non pas la peine assurément, de changer de gouvernement"    extrait de (La fille de madame Angot).

Gravillons : bientôt un mauvais souvenir ?


Vous allez pouvoir ressortir les poussettes, finis poussière et gravillons, la promenade des enfants se fera en toute tranquillité ou presque.
Le temps des gravillons ne sera plus qu’un mauvais souvenir, seuls les contribuables dinardais s’en souviendront, ils devront payer la facture de cette étrange opération.
Achat de quelques tonnes de gravillons et leur dispersion, sur des kilomètres de rues.
Achat, pose et dépose d’innombrables panneaux « attention gravillons ».
Balayage et aspiration de ces gravillons réalisés par une entreprise privée.
Que d’€uros dépensés pour une opération dont l’effet restera éphémère.



haut de page