Menu

jeudi 12 juillet 2018

Piétonnisation - rue du Maréchal Leclerc ...

... on ne peut pas tout laisser dire

Ouest-France du 07 juillet 2018

 1 - <<  Des essais de rue semi-piétonne avaient déjà été tentés trois années de suite, mais avec des résultats peu concluants. >>

 2 - <<   Cette année, c'est donc une piétonnisation totale qui a été choisie, en accord avec la Ville. >>

1 - résultats peu concluants ; la faute à qui ?

Certains commerçants refusaient la piétonnisation en avançant des arguments tout à fait fallacieux.

 Ils étaient aidés par l'administrateur de la Bavette de Dinard qui n'avait pas de mots assez virulents contre madame le maire, Martine Craveia-Schütz.



2 -  piétonnisation totale a été choisie en accord avec la Ville

 

 On croit rêver ; cet article donne l'impression au lecteur que les commerçants sont à l'initiative de la piétonnisation de la rue du Maréchal Leclerc. Ils l'ont tellement combattue sous la mandature de MCS.  Aujourd'hui, il est vrai, l'administrateur de la Bavette est membre du bureau de l'Union des Commerçants  !!!!!!!  On se demande pourquoi.

On croit rêver une seconde fois ; ce n'est pas la Ville qui doit d'être d'accord avec les commerçants, ce sont les commerçants qui doivent être d'accord (ou non) avec la Ville.

Qui dirige la Ville ?


Pour la première fois à Dinard, la décision de "piétonniser" la rue du Maréchal Leclerc a été prise en 2014 par madame Martine Craveia-Schütz et son équipe

Cette initiative a toujours été violemment contestée par quelques commerçants, qui d'ailleurs ne tenaient pas boutique dans la rue du Maréchal Leclerc.

La Presse en parlait à l'époque

Ouest-France août 2014

 Du 1er au 10 août, une partie de la rue du maréchal Leclerc sera entièrement piétonne.
La mairie a décidé de tester durant quelques jours la mise en place d'une rue entièrement piétonne, selon des horaires bien définis et en accord avec le comité des commerçants et un comité de pilotage.
« C'est un sujet qui nous tenait à coeur depuis des années. Cela va créer une douceur de vivre en vacances, une idée de mieux vivre ensemble, tout en bougeant les mentalités », explique Martine Craveia-Schütz, maire de Dinard.

Ouest-France juillet 2015

Depuis le 1er juillet et jusqu'au 31 août, une partie de la rue du Maréchal-Leclerc devient semi-piétonne, entre la rue Levavasseur et le boulevard Wilson. Une décision qui ne plaît pas à tout le monde.
Automobiles et piétons devront apprendre à cohabiter cet été dans la rue du Maréchal-Leclerc. Un espace de rencontre, sur une partie de la rue, a été créé à l'initiative de l'Union des commerçants et de la municipalité. L'objectif de cette semi-piétonnisation est simple : « Il faut redonner aux piétons une place dans le centre urbain », explique Gilbert Bédard, maire adjoint délégué à la voirie, port et commerce, à l'initiative du projet. Le badaud devient donc prioritaire sur les voitures qui doivent dorénavant rouler au pas ...

... D'autres commerçants se réjouissent de la nouvelle. C'est le cas de Yvonnick Guinnebault, gérant de la crêperie du phare, qui peaufine les derniers détails de sa toute nouvelle terrasse, installée sur une ancienne place de stationnement. « On vit avec des vieilles habitudes et on n'arrive pas à les changer. Ça va redynamiser la rue ! »
La municipalité avait déjà effectué un essai l'année dernière, en piétonnisant la rue. « Les questionnaires de retour étaient positifs, affirme Gilbert Bédard. 72 % des commerçants souhaitaient une réédition. »
Même si elle ne convient pas à tous, l'initiative pourrait s'étendre à d'autres quartiers du centre-ville.


Le Télégramme septembre 2016

Pour des raisons d'organisation, les services techniques ont dû déménager les bacs et les plantes qui ornaient la rue depuis début juillet. « J'espère que l'année prochaine nous pourrons conserver la rue semi-piétonne jusqu'à la toute fin du mois d'août, fait remarquer la Maire Martine Cravéia-Schütz. on constate que c'est une configuration qui plaît beaucoup et qu'il faut privilégier ».

Ouest-France octobre 2017

Nathalie Roblot, adjointe au maire chargé du commerce, a décidé de remettre le sujet sur le tapis lors de la réunion des commerçants, la semaine dernière.
Une partie ou l'intégralité de la rue du Maréchal-Leclerc ?     Un bout de la rue Levavasseur ?

La décision n'est pas arrêtée, mais pour l'élue, « une piétonisation semble indispensable, au moins du 14 juillet au 15 août. De nombreuses stations balnéaires ont opté pour ce type de fonctionnement. Changer les habitudes, c'est compliqué, mais c'est payant pour le futur. »
Qu'en pensent les premiers concernés ? Dans la rue du Maréchal-Leclerc, le sujet fait causer. Beaucoup de commerçants sont partagés, ont du mal à faire pencher la balance d'un côté ou de l'autre. Ils ne font pas tous le même métier. La restauration ou le textile n'ont pas les mêmes problématiques que la décoration ou l'alimentation.

La presse devait écrire :

 

 << Des essais de rue semi-piétonne avaient déjà été expérimentés trois années de suite, avec des résultats assez concluants. >>

A n'écouter qu'une cloche on n'entend qu'un son.


haut de page