Menu

samedi 20 janvier 2018

Poudre ... poudres ...

Un grand nombre d'expressions contenant le mot poudre s'adaptent très justement à Dinard. En voici des exemples.

Un collectif de Dinardais nous écrit :

Dinard est une ville qui brille de mille feux éteints depuis l’époque où la Grande Russie et l’Angleterre exportaient sur notre côte d’Émeraude leurs princes et leurs princesses.

Dans les années 1850-1860, de plus en plus d'étrangers fortunés choisissent de s'établir à Dinard, notamment Lyona Faber. Ces derniers sont attirés par les charmes de la Côte d'Émeraude, ses réjouissances, les bains de mer. À la fin des années 1870, la station devient véritablement internationale. En 1900 arrive le prince russe Nicolas Vlassov. Il fait construire et occupe durant plusieurs années la villa Reine Hortense, un nom choisi en hommage à la belle-fille de Napoléon 1er, Hortense de Beauharnais.

Poudre aux yeux

Seuls les feux d’artifice mettent encore la ville en valeur (la plage de l’Écluse exclusivement) avec le risque d'embraser les impôts locaux dinardais car les lampadaires qui éclairent péniblement les rues et avenues sont plus que faiblards. Et si le cher Edouard VII se promenait encore dans l’avenue qui porte son nom, nul doute que ses bottines élégantes souffriraient des nombreux trous et racines boursouflées qui jonchent les trottoirs. Il faut avoir le pied marin pour marcher dans Dinard !!!

Poudre de perlimpinpin

Après avoir mis le feu aux poudres par des procédés contestables, espérons que la nouvelle municipalité ne forcera pas trop la dose de poudre de perlimpinpin (pour mémoire : poudres vendues jadis par des bonimenteurs et charlatans, qui les présentaient comme dotées de vertus merveilleuses et guérissant toute sorte de maux, alors qu'elles n'avaient aucun effet bénéfique. Le nom fantaisiste de « perlimpinpin » serait une onomatopée dont la sonorité évoque une formule magique).

Poudre d'escampette

La poudre aux yeux n’est efficace qu’un temps très court ou alors il faudra utiliser la poudre à récurer pour rénover la ville des sols aux plafonds car il y a fort à faire en ce domaine. Dans le cas contraire, les Dinardais risqueraient bien de prendre la poudre d’escampette (comme certains ont déjà envisagé de le faire).

Ce n'était pas la peine assurément ...

Sinon comme le chantait si justement la Fille de Madame ANGOT : “CE N’ÉTAIT PAS LA PEINE, NON PAS LA PEINE ASSURÉMENT, DE CHANGER DE GOUVERNEMENT". 




haut de page