Menu

vendredi 25 août 2017

Les premières fissures ...

... de l'eau dans le gaz ?

Vous trouverez ci-dessous, écrit sur un réseau social bien connu à Dinard, le billet d'humeur d'un des collaborateurs ayant participé durant 3 ans au lynchage de l'ancienne municipalité. Malveillance, calomnie tout était bon pour dénigrer la moindre action de madame le Maire.

Ce billet a été découpé selon les 5 points

1- Faute de goût.

Quand on a à disposition un artiste a l'envergure mondiale, Kun Woo Paik, on ne lui préfère pas un professeur de piano complètement inconnu

Inconnu de lui !!!

Cette personne qui profère ces paroles très méprisantes n'est jamais venue à un concert depuis 3 ans. Elle ne veut pas reconnaître Ramzi YASSA, musicien de classe internationale et professeur à l'École Normale de Musique de Paris fondée par le grand Alfred CORTOT (une des plus grandes Écoles de Musique dont la réputation n'est plus à faire).

A-t-elle seulement entendu prononcer une fois le nom d'Alfred CORTOT ?

2- Faute managériale.

Quand on ne sait pas faire, on doit s'entourer et faire confiance à des personnes ressources de qualité.


Cette personne contestataire, ancien prof de gym, est sûrement l'une des ressources de qualité. Quelle bêtise de ne pas l'avoir sollicitée.



3- Faute de gestion.

Comparer le festival 2017 au festival 2013, c'est comparer une 2 CV à une Ferrari. A quoi bon ?  Si des économies devaient être faites, ce n'est pas sur la qualité des concerts mais sur la quantité.

toujours





Sans commentaire



Dinard capitale culturelle de Bretagne !!!

4- Faute de définition de projet.

Que veut dire, comme le proclame notre adjoint : "Dinard doit devenir La capitale culturelle des festivals de Bretagne" si on ne s'en donne pas les moyens, si on refuse l'offre de mise à disposition des immenses compétences de M. Paik par exemple

Il faut s'en donner les moyens. Ce n'est peut-être pas ce genre de calicot qu'il convient de dresser à l'entrée de la ville pour annoncer un FESTIVAL INTERNATIONAL de MUSIQUE CLASSIQUE.

Peut-être pour annoncer un concours de palets ou de belote avec galettes saucisses.


Prospectives pour 2020

5- Faute politique.

Le maintien de M. Yassa aurait été dicté par la volonté de ne pas vouloir faire table rase des années passées, ne pas déplaire aux adversaires politiques au risque de perdre ses propres soutiens ....


En réalité les élus en place aujourd'hui, se rendent à l'évidence : l'équipe de Martine Craveia-Schütz faisait un excellent travail et parvenait même à assainir les comptes, avec un budget contraint, budget serré qu'ils ne connaissaient pas avant 2014. En "épongeant" plus de 4 millions d'€uros en 3 ans.




Capture d'écran du billet d'humeur



haut de page