Menu

mercredi 3 janvier 2018

Bain du 31 décembre à Dinard ... (suite)

Nombreuses réactions suite à l'agression

Cliquer sur suite à l'agression

en parle

Brûlé, le chocolatier porte plainte pour agression

Publié le 02/01/2018 - Nicolas CARNEC

Comme chaque année, la chocolaterie Balthazar a offert le chocolat gracieusement aux baigneurs du 31 décembre, plage de l’écluse à Dinard.

Alors que la fête battait son plein en fin d’après-midi, le dimanche 31 décembre 2017, plage de l’Écluse à Dinard, une femme a déversé du chocolat chaud à 80° sur l’organisateur. Ce dernier qui œuvrait, à titre gracieux, a décidé de porter plainte.

« J’ai pris le temps de la réflexion mais je vais déposer plainte ». Mardi 2 janvier 2018, 48 heures après les faits, Yann Olivet, l’un des associés de la Chocolaterie Balthazar de Dinard est encore sous le choc. Dimanche, comme il le fait depuis 2011, il a passé sa matinée à préparer 120 litres de chocolat chaud afin de réchauffer les baigneurs attendus plage de l’Écluse pour le dernier bain de l’année. Le tout gracieusement.

« Comme chaque année, le dernier bain de l’année est un moment à la fois sportif, sympa et chaleureux. Un moment où tout le monde se rassemble, au-delà des clivages ». C’était vrai jusqu’à dimanche. « J’étais en train de servir le chocolat chaud lorsque j’ai entendu deux femmes provoquer et insulter une des bénévoles qui nous aidaient à servir, raconte Yann Olivet. Elles avaient visiblement envie d’en découdre. Je me suis donc approché pour calmer tout le monde en demandant à ces deux personnes de bien vouloir arrêter et de s’en aller ».

Un chocolat à 80°

Les deux femmes visiblement énervées refusent. « C’est là que l’une d’entre elles m’a frappé au bras. Du coup, le pichet de chocolat que je portais a volé, éclaboussant au passage des personnes autour. Il y avait sur leurs visages une sorte d’incompréhension. Certains se demandaient si c’était moi qui avais jeté le chocolat… » À peine le temps de reprendre ses esprits que cette fois Yann Jolivet est directement aspergé de chocolat par une des deux femmes. « L’une d’elles a saisi un pichet de chocolat que je venais de poser sur une table car il était trop chaud. Sa température était à 80°! J’ai donc pris un litre de chocolat bouillant de l’oreille jusqu’au torse. »

Pour Yann Olivet, l’un des associés du Balthazar à Dinard, aspergé de chocolat brûlant au visage et au torse, l’après-midi du dimanche 31 décembre 2017, s’est terminé aux urgences.

Sur le coup, Yann Jolivet est « totalement sidéré. C’est un geste bête, gratuit… Je n’ai pas réagi. La seule chose que j’ai réussi à faire, c’est m’excuser auprès des gens qui avaient été éclaboussés. »

Quelques minutes, plus tard, au regard de son visage « rouge brique », des amis lui conseillent d’appeler les secouristes présents sur la plage. « J’avais trois couches de vêtements sur moi mais cela n’a pas empêché les brûlures ».

Finalement pris en charge par les sapeurs pompiers, Yann Olivet est transporté aux urgences de l’hôpital de Saint-Malo où il a passé une partie de la soirée du 31 décembre. « Je souffre de brûlures au premier degré, du visage au torse ». Résultat : trois jours d’interruption de travail certificat médical à l’appui.

« Je suis révolté »

Joint par téléphone, mardi midi, Yann Jolivet a pris le temps de la réflexion. « En quelques heures, je suis passé par tous les états. Physiquement, ça va mieux, mais psychologiquement c’est encore compliqué. Je suis révolté. Comment puis-je accepter ce genre de geste sans réagir ? »

Mais aussi comment l’expliquer ? Pour Yann Jolivet, la réponse est simple. « Je faisais partie de la liste de Martine Craveïa-Schutz lors des municipales. Cela ne plaisait pas à certains dont ces deux femmes. J’ai déjà déposé plainte pour diffamation contre l’une d’entre elles qui dénigrait et insultait notre enseigne sur les réseaux sociaux ».

Mardi après-midi, Yann Jolivet a de nouveau porté plainte, mais pour agression cette fois. « Il y a une violence larvée à Dinard depuis de longs mois. Là, elle s’est exprimée physiquement. Ras-le-bol ! C’est quoi la prochaine étape ? La récré est finie. Il faut dire stop ».


Extraits

Dinard: un homme agressé et brûlé au chocolat chaud par une "Tatie Danielle"


Légèrement brûlé, il devra observer une Interruption de Temps de Travail de trois jours.

L'agression de Yann Olivet, un chocolatier de Dinard dans l'Ille-et-Vilaine, est-elle un acte politique?

Les faits remontent à ce dimanche, alors que près de 2.000 personnes participent au dernier bain de l'année, un événement très apprécié dans cette station balnéaire de la Côte d'Émeraude, souligne France Bleu.

Le chocolatier, qui offrait aux baigneurs des boissons chaudes, a subitement été pris à parti, ainsi que sa bénévole, par deux femmes dont l'une d'entre elles lui a jeté le contenu d'un pichet d'un litre à la figure. La boisson, qui avoisinait alors les 80 degrés, a légèrement brûlé l'artisan.

"J'ai continué à servir du chocolat alors que j'étais en train de brûler. Puis les secouristes sont intervenus...[...]J'ai eu le droit à une douche de 20 minutes en guise de bain. Ensuite les pompiers m'ont amené aux urgences. Physiquement j'ai été bien soigné ça va mieux, mais moralement j'ai vraiment du mal" explique-t-il au média local, ajoutant que deux plaintes nominatives ont été déposées au commissariat de la commune pour coups et blessures. Il devra malgré tout observer trois jours d'ITT.

Extraits

Dinard: Un homme brûlé au visage par du chocolat chaud jeté par une «Tatie Danielle»

CHAUD Il a reçu sur le visage un litre de chocolat chaud à 80°C…

D. G. Publié le 03/01/18

Cela s’est passé à Dinard (Ille-et-Vilaine) lors du traditionnel bain du 31 décembre. France Bleu Armorique raconte la mésaventure arrivée à Yann Olivet. Depuis plusieurs années, il offre le chocolat chaud aux courageux qui participent au bain, mais cette année, il a été pris à partie par deux femmes. Une lui a finalement jeté au visage un pichet d’un litre de chocolat chaud à 80 °C.
Le chocolatier porte plainte

Bain du 31 à Dinard. Le chocolatier agressé à coup de chocolat chaud

En marge du bain de la Saint-Sylvestre, dimanche à Dinard, Yann Olivet, un chocolatier dinardais accuse une femme d’avoir déversé sur sa tête et sur son torse un pichet de chocolat chaud à 80°C qui se trouvait sur son stand installé sur la digue de l’Écluse. - Information minimaliste.

Brûlé à coup de chocolat chaud en marge du dernier bain de l’année à Dinard

Un chocolatier de Dinard accuse deux opposantes politiques de l'avoir agressé à coups de chocolat chaud en marge du dernier bain de l'année à Dinard. Il a porté plainte. - Information minimaliste


Facebook Ville de Dinard

pas de commentaire


Vive émotion de En avant Dinard






Grande Bretagne

Dinard: A man burned in the face by hot chocolate thrown by a “Tatie Danielle”


This happened in Dinard (Ille-et-Vilaine) during the traditional bath on December 31st. France Armoric Blue tells the misadventure happened to Yann Olivet. For several years, he has been offering hot chocolate to the brave ones who take part in the bath, but this year he was attacked by two women. One of them finally threw in his face a pitcher of a liter of hot chocolate at 80 ° C.

Yann Olivet in the ER after the hot chocolate attack. – dinard.xyz/ Screenshot The chocolate maker complains

At the moment Yann Olivet continues to serve his chocolate as if nothing had happened, then the helpers arrive and he is taken care of. The man is brought to the emergency room where burns from the cheek to the chest are treated. The chocolatier decided to file a complaint for assault and battery against the two assailants, claiming 3 days of ITT.

The origin of the quarrel could be in the stormy reports around the municipality of Dinard . The two women, one of whom is known as “Auntie Danielle” in town would be close to the current mayor, while the chocolatier would be a supporter of the former mayor, who resigned last year.

Belgique

Agressé au chocolat chaud par deux femmes sur la plage

L'agression incompréhensible d'un... chocolatier breton.

Yann Olivet offrait son traditionnel chocolat chaud de l'année sur la plage de Dinard, en Bretagne, lors de la fraîche baignade rituelle du 31 décembre. Alors que 2.000 personnes participaient à l'événement et que le chocolatier local distribuait ses boissons chaudes, il a soudain été pris à partie par deux femmes "sur fond de querelles municipales", relate France Bleu.

La discussion s'envenime et l'une d'elles lui déverse tout à coup un pichet d'un litre de chocolat chaud à 80°c sur la tête. Pris en charge par les services de secours, Yann Olivet a été amené aux urgences presque contre son gré tant ce dernier tenait à mener à bien sa mission du jour. Légèrement échaudé, il s'en sort sans brûlures sérieuses mais a néanmoins déposé plainte contre ses deux agresseuses.

L'une d'entre elles est d'ailleurs connue dans la commune sous le sobriquet de "Tatie Danielle", du nom du célèbre et abominable personnage de fiction porté à l'écran par Étienne Chatiliez.

Paul le Dinardais

Cliquer sur Paul le Dinardais

Oui Oui n’aime pas les chocolatiers

Publié le 1 janvier 2018

En novembre dernier, Paul s’était indigné du peu de cas que Oui-Oui faisait du chocolat. Il n’avait pas cru bon de faire une seule mention de la distinction suprême et difficile que nos amis de la chocolaterie Balthazar avaient obtenue : la tablette d’or, Graal des chocolatiers. Devant l’indignation générale, et n’écoutant que son aversion pour la chocolaterie Balthazar, il n’avait même pas eu le courage d’assumer son rôle de correspondant pour le commerce du Pays Malouin pour aller interviewer les récipiendaires. Il avait délégué cette mission à Matthieu Baron, son collègue du Pays Malouin.

Hier, 31 décembre, Yann Olivet, l’un de nos deux chocolatiers tablette d’or, a été victime d’une odieuse agression alors qu’il distribuait gracieusement du chocolat à tous les participants du dernier bain de l’année.

Hier, 31 décembre, Oui-Oui a montré son vrai visage. Il n’est plus apaisé, comme il le prétendait. Il est aveugle et obstiné dans sa bêtise. Nous en avons eu une éclatante preuve. Sa gazette, organe de propagande de l’actuelle majorité, n’a pas eu une ligne que ce soit pour relater cette agression ou pour condamner ses amies et fidèles soutiens qui en ont été les auteurs. Rien. Nada. L’agression d’un commerçant qui consacre de son temps et de son énergie à sa passion, Dinard, ne méritait-elle pas un article dans la Gazette ? La violence verbale dont a fait montre la Gazette depuis trois ans a fini par banaliser également la violence physique.

Hier, 31 décembre, la Gazette s’est elle même sabordée. Dévêtue de ses nouveaux atours bon enfant de chronique de la vie locale, la Gazette s’est retrouvée à nu, telle qu’elle est : un organe de propagande digne des pires dictatures.

Eric Emmanuel Schmitt a fort bien décrit les ressorts de la rancoeur qui mènent aux pires abominations. Il suffit de se replonger dans « La part de l’autre ». Que serait-il advenu si Oui-Oui avait été un véritable journaliste, au lieu d’un suppôt de la propagande, au lieu d’un ersatz de plumitif ?

Paul a honte pour sa Ville. Honte de réaliser qu’à ce jour la Gazette compte 6169 membres. Vrais ou faux membres peu importe. En ce jour de bonnes résolutions nous devrions tous nous désabonner de la Gazette. La pire sanction pour Oui-Oui est l’oubli et l’ignorance. Afin de lui montrer qu’il n’est pas le quatrième pouvoir indispensable dans toute démocratie.

Enfin, il me souvient ce poème de Martin Niemöller :

» Quand ils sont venus chercher les communistes,
Je n’ai rien dit,
Je n’étais pas communiste.
Quand ils sont venus chercher les syndicalistes,
Je n’ai rien dit,
Je n’ai rien dit, je n’étais pas syndicaliste.
Quand ils sont venus chercher les juifs,
Je n’ai pas protesté,
Je n’étais pas juif.
Quand ils sont venus chercher les catholiques,
Je n’ai pas protesté,
Je n’étais pas catholique.
Puis ils sont venus me chercher
Et il ne restait personne pour protester. »

Décidément, Oui-Oui n’aime ni le chocolat, ni les chocolatiers.

Et Paul n’aime pas Oui-Oui.

Paul le Dinardais


Paul le Dinardais

Cliquer sur Paul le Dinardais

Oui-Oui n’aime pas la liberté d’expression

Publié le 2 janvier 2018

Nous connaissions la partialité de la Gazette de Dinard qui, d’agitateur (pas culturel) et provocateur pendant trois ans, est miraculeusement devenue la Gazette de la vie heureuse depuis les dernières élections.

Nous en avons aujourd’hui une nouvelle preuve avec l’agression dont Yann Olivet a été victime lors du bain du 31 décembre dernier.

Ainsi que Paul s’en était déjà ému, la Gazette n’avait pas cru bon de relater les évènements.

Ce soir, Ouest France consacre un article à l’agression. Devant l’indignation de nombre de dinardais face à la montée de la violence dans notre Ville, face aux soutiens dont bénéficient nos amis chocolatiers et à la condamnation quasi unanime de cet acte inqualifiable, la Gazette a cru bon de publier l’article de Ouest France. Mais, Oui-Oui a décidé d’interdire tout commentaire sur le sujet sur sa page Facebook. Sous l’article figure la mention suivante : » Erick Onnée a désactivé les commentaires pour cette publication « .

Que faut-il penser de cette censure qui n’ose dire son nom ?

Oui-Oui nous expliquera que cette interdiction de commentaires a été motivée par un souci d’apaisement face à l’émoi provoqué par l’agression.

Faudra-t-il être dupe ?

Que nenni. En réalité, cette interdiction de tout commentaire, outre le caractère insultant et méprisant pour les victimes, est la preuve que Oui-Oui, tel le docteur Frankenstein, est dépassé par le monstre qu’il a créé et grâce auquel une minorité d’imbéciles a cru bon de déverser haine et fiel pendant des années.

Heureusement que Dinard compte d’autres pages Facebook qui, elles, respectent la liberté d’expression et ont fait connaître leur indignation face aux agissements bêtes et méchants d’une minorité de nos concitoyens. Les responsables de ces pages Facebook se reconnaîtront. Nous devons leur en être reconnaissants.

Paul le Dinardais


haut de page