Menu

vendredi 11 août 2017

Observateur attentif, un Dinardais, nous écrit :

le projet de la ''gare'' est sur les rails ?


Espoir

Le Conseil d'État a rejeté le dernier recours des opposants au projet. Le maire de Dinard Jean-Claude Mahé  espère  voir débuter prochainement la construction. A l’égard de la société Eiffage, le Maire de Dinard annonce qu’il continue à négocier sur quelques aspects techniques (phasage et paiement) avec l’espoir de voir prochainement débuter la construction.



Des informations nous seront données à l’issue des Conseils municipaux à venir.

Elles seront observées à la loupe


Zut, le feuilleton n'est pas terminé.

Si la municipalité n'a plus à se préoccuper de ce dossier, elle va enfin pouvoir s'atteler aux autres souffrances visuelles et odorantes des Dinardais.

Si, pendant un temps, Madame CRAVEIA dénonçait la politique PAILLETTES et RUSTINES de la municipalité qui l'avait précédée, le retour de "l'ancienne majorité" légèrement renouvelée n'a remis à l'ordre du jour ni paillettes ni rustines, à en juger par la dégradation galopante de notre ville.


Des 4 FLEURS, on va bientôt passer aux 4 PISSENLITS tant les herbes folles prolifèrent dans les caniveaux des rues et avenues tandis que les sacs à ordures perforés jonchent de-ci delà ces mêmes artères.

"Ils" devaient embellir Dinard après l'avoir apaisée !!!

Il faudrait aussi équiper les élus de lunettes à verres grossissants pour voir les chaussées trouées, cabossées, les trottoirs accidentogènes, une ville où l'on ne peut pas se promener le nez en l'air sous peine de se tordre une cheville ou pire.

C'est sûr, Dinard n'est pas Grasse, la ville du parfum, mais la ville des petites mauvaises odeurs.

Ils ne doivent pas avoir non plus l'odorat assez développé sinon ils respireraient à pleins poumons les bonnes effluves des égouts, qui nous poursuivent jusqu'à la plage de l'Écluse. Mais il y a le WI FI, c'est plus chic et surtout inodore.

La Promenade du Clair de Lune et ses jolies protections aux airs de barricades sont une honte pour ce lieu si prisé. Qu'attend-on pour faire les réparations ?

Pas de danger pour les promeneurs ???    Parfait.

Lors de la campagne électorale, "ils" écrivaient

Le 20 mars 2017, JCM déclarait dans le Télégramme : "Notre pétrole c'est le tourisme". Encore faut-il ne pas les repousser. Dans la rue du Maréchal Leclerc, les élégantes et les gentlemen se promenaient tranquillement, admirant les boutiques.

Aujourd'hui, ils ne pourraient plus le faire sauf en admirant les sacs poubelles - on n'arrête pas le progrès - et comment feraient ces dames avec leurs robes au tissu délicat ?

L'ancienne récente majorité avait voulu faire une rue aménagée pour l'agrément des piétons. Que n'a-t-elle été critiquée pour cette initiative "accidentogène"(*) qui a fait hurler le RS (réseau social) dinardais ?
L'ancienne majorité de retour aux affaires a réfléchi avec les commerçants et innové en installant des RALENTISSEURS DE PIÉTONS !!!! Fallait y penser mais c'est encore et toujours le Dinard d'avant-garde.

Mais où est passée la 7ème compagnie ?

Et l'ex futur 1er adjoint maintenant dans l'Opposition ultra assoupie, qu'en pense-t-il, que dit-il ?

Rien, nada. Il devait remettre, sous trois mois depuis la première réunion publique préélectorale, un rapport sur le projet de la Gare après avoir écouté les uns et les autres… Il a dû écouter les uns mais pas écouter les autres. Il y a eu un film intitulé : Mais où est passée la 7ème compagnie ?


A Dinard c'est : Mais où est passée l'opposition ?

A-t-elle trop de travail pour nous rendre compte des délibérations, est-elle devenue une Opposition constructive, c'est-à-dire Opposition de façade, en réalité Opposition complice ?


Nous nous perdons en conjectures sur ses capacités à rebondir efficacement aux assauts désordonnés de la municipalité.

Pas grave, nous aurons bientôt le second feu d'artifice offert par la municipalité grâce aux impôts des Dinardais et dont les retombées économiques iront dans la poche... des commerçants ; c'est bon pour la Ville rappelle le maire.

Heureusement, il nous reste le "lux" (mesure d'éclairement lumineux) de l'ESPOIR.


haut de page