Menu

samedi 11 août 2018

Une presse amnésique ?

Dinard, une fois encore et comme chaque année prend sa place parmi les grands festivals de l’été et propose une programmation exigeante et de qualité, mettant en valeur, à travers des interprètes internationaux et de grande renommée, les œuvres symphoniques et de musique de chambre des plus grands compositeurs. Une quête qui entraîne les auditeurs dans un paysage musical sans cesse renouvelé, toujours éblouissant, parfois même surprenant et apporte ainsi une contribution majeure au rayonnement de la musique dont la Ville, à juste titre, peut être fière.

Véritable tour de force

Ouest-France réussit à écrire un bel article concernant le 29ème Festival International de Musique de Dinard sans citer une seule fois le nom de maître Ramzi YASSA, le Directeur artistique.

Grandiose ouverture du festival de musique classique

 07/08/2018   L'Orchestre symphonique de Bretagne a fait grosse impression.

L'orchestre symphonique de Bretagne a ouvert la 29e édition du festival international de musique classique de Dinard, dimanche à l'église. La suite du programme promet d'autres jolies surprises.

Une église comble
Il y avait 715 personnes, dimanche soir, à l'église Notre-Dame, pour vivre une nouvelle aventure d'un festival ancré au plus profond des rencontres culturelles dinardaises. Les mélomanes sont vite tombés, une nouvelle fois, sous le charme de l'Orchestre symphonique de Bretagne (OSB), pointu comme jamais.

On retiendra essentiellement deux œuvres majeures de Beethoven : le Triple concerto pour piano, violon et violoncelle, ainsi que la célèbre 5e Symphonie, dite Symphonie du Destin. Avec une interprétation brillante de l'orchestre et des solistes, qui subliment encore davantage le génie inventif du compositeur.
Pour ceux qui en redemandent, l'Orchestre symphonique de Bretagne se chargera de la clôture du festival, toujours à l'église, samedi 18 août.
Petite anecdote, dimanche soir, un auditeur a été pris de malaise, à cause de la chaleur. Il a été accompagné à l'extérieur. Le temps de reprendre ses esprits et de vouloir vite retrouver sa place, pour ne pas en perdre une miette.

Hommage à Debussy
Le festival de musique continue à vivre des heures de gloire. La programmation y est pour beaucoup. Le choix des invités aussi. Le public ne s'y trompe pas, qui n'a que l'embarras du choix entre de jeunes artistes prometteurs et des plus confirmés. « La diversité des oeuvres proposées est fort intéressante. Il y en a pour tous les goûts et même les enfants y trouveront leur compte. »
Cette édition fait une place de choix à Claude Debussy, en cette année de centenaire de sa mort. Cinq concerts mettront en lumière l'oeuvre du célèbre compositeur français.

Place aux jeunes talents
Cette 29e édition met aussi en lumière de jeunes talents : le pianiste japonais Kenji Miura, certainement un des artistes les plus éblouissants de sa génération, le tenor égyptien Ragaa Eldin, accompagné au piano de Valeriya Kucherenko, ou encore le pianiste russe Sergei Pchelin qui interprétera le répertoire de Schumann, Debussy, Rachmaninov ou encore Chopin.

La délicieuse lecture de Schmitt
Parrain l'année dernière, Éric-Emmanuel Schmitt revient pour un concert lecture sur Chopin, accompagné par le musicien Nicolas Stavy. Une initiation à Chopin, un délice d'esprit pour les spectateurs plus « pointus ».

Deux pianos pour une rencontre rare

La seconde semaine du festival débutera par une rencontre pianistique rare, annoncent les organisateurs. Un concert à deux pianos pour fêter le centenaire de la mort de Claude Debussy. François Chaplin, debussyste incontournable, et Marie-Josephe Jude, chambriste confirmée, se chargeront de rendre hommage au célèbre compositeur français.

Quatuor globe-trotter
C'est l'un des événements de cette édition. Le quatuor Fine Arts sera à Dinard. Fondé à Chicago en 1946, cet ensemble a parcouru le monde entier. Il a produit une impressionnante discographie avant de s'imposer comme l'un des quatuors les plus brillants.

Un concert pour les enfants
Un concert est dédié aux enfants pour « laisser libre cours à leur imagination en stimulant l'oreille et la créativité ». Une rencontre entre l'image, le conte et la musique orchestrée par Damien Luce et Federico Mozzi autour de l'histoire de Babar, de Francis Poulenc.

Extrait repris sur le Télégramme


Ce n'est pas la ville qui apporte sa contribution au renouvellement et à l'éclosion de talents artistiques en faisant venir les jeunes musiciens, c'est Maître Ramzi YASSA qui a élaboré la totalité du programme du 29ème Festival International de Musique de Dinard.


Propos inadmissibles relevés dans la Gazette de Dinard

Il faut savoir que les élus de la nouvelle majorité de Dinard cautionnent cette Gazette et plus particulièrement son administrateur.

Ce dernier est responsable des commentaires que suscitent les différents articles.

Déjà remarqué  en 2015 au concert d'ouverture



Ces propos ne sont pas de nature à apaiser la ville de Dinard.


haut de page